Le vrai AKERE MUNA

Une vie de Lutte contre la Corruption

Akéré Muna a grandi à Ngyen-Mbo dans la région Nord-Ouest du Cameroun. Il a fait ses études primaires et secondaires au Cameroun, il a continué ses études au School of International Service à l'American University de Washington, DC. Il est ensuite allé en Angleterre, où il a rejoint l'honorable Society of Lincoln's Inn (mettre le lien de l’école). Il a été appelé au Barreau d'Angleterre et du Pays de Galles en 1978.  Cette même année, il est retourné au Cameroun pour exercer sa profession d'avocat. Depuis lors, Akéré a occupé divers postes, au Cameroun et à l'étranger, axés sur la lutte contre la corruption et la promotion de la bonne gouvernance.

En 2000, Akéré a fondé la section camerounaise de l’association de lutte contre la corruption, Transparency International (TI).  Ses efforts ont suscité des critiques pressantes de la part du gouvernement, qui n'avait jamais vu ses pratiques corrompues omniprésentes si ouvertement mises en évidence. Finalement, l'attention négative a poussé le gouvernement à former un comité ad hoc, présidé par le Premier ministre, pour commencer à combattre la corruption.

En 2004, Akéré a été élu au Conseil d'administration de TI.  Dans la même année, les Chapitres Africains de TI l'ont désigné comme Coordinateur de la Coalition des Chapitres Africains de TI.  En tant que coordinateur, il a été impliqué dans le groupe de travail de TI qui a aidé à rédiger la Convention de l'Union africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption, et a rédigé un guide de la Convention.

En 2005, il a été élu vice-président du Conseil d'administration de TI, pour un mandat de trois ans.  Il a ensuite été réélu deux fois à ce poste et a démissionné en 2014, après avoir purgé le maximum de mandats.  Alors que le mandat d'Akéré en tant que vice-président de Transparency International a pris fin en 2014, le Conseil d'administration de TI l'a nommé président du Conseil de la Conférence internationale de la lutte contre la corruption(IACC).

Akéré était membre fondateur de l'Union panafricaine des avocats (PALU) et, en juillet 2005, a été élu à l'unanimité président de l'Union par ses membres.  En tant que président, il a lancé un programme visant à former des avocats africains à des transactions commerciales sophistiquées dans les cinq régions d'Afrique. En 2005, le PALU est devenu membre du Conseil économique, social et culturel (ECOSOCC) de l'Union africaine (UA), un organe consultatif créé pour promouvoir la participation de la société civile au sein des institutions et des processus décisionnels de l'UA.  En septembre 2008, Akéré a été élu à l'unanimité président de l'ECOSOCC, poste qu'il a occupé jusqu'en 2014.

En 2010, Akéré est devenu membre du groupe de personnalités éminentes de l'APR (définition de l’APR).  Le Groupe exerce un contrôle sur le processus du Mécanisme africain d'évaluation par les pairs, qui vise à encourager la conformité entre les pays africains en ce qui concerne leurs valeurs politiques, économiques et de gouvernance d'entreprise.

En 2012, Akéré est devenu membre du Groupe de haut niveau sur les flux financiers illicites en provenance d'Afrique, organe créé par la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique.

En 2013, le Conseil d'administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé la nomination d'Akéré en tant que Commissaire aux sanctions de la Banque africaine de développement.

En 2017, Akéré a annoncé sa candidature au poste de président du Cameroun.

Muna2
1053125_483364518405828_2095753395_o
en_USEnglish
en_USEnglish